Actualités

20/07/2014

Miam la Dordogne...

posté à 12h50

C'était hier, le Samedi 19 Juillet 2014, à Bergerac : les Championnats de France d'Aquathlon.
Les seuls que je visai à la base, et pour lesquels j'ai eu la chance d'être rétablie à temps.

La veille je suis allée nager quelques 500m dans cette… charmante ?... Dordogne.
J'avais de bonnes sensations et me sentais haut sur l'eau et j'étais plutôt indifférente au courant que je trouvai très faible et qui ne pénalisait pas pour l'aller, mais qui je le sentais m'aidait pour le retour. Mais pour rentrer dans l'eau j'ai du me forcer, le bord du quai paraissait propre mais une fois dans l'eau on s'aperçois qu'il y a beaucoup d'algues. Le pire ça a été le moment où le garçon qui rentrait dans l'eau en même temps que moi a crié "On les voit les algues sous l'eau !!!", trop fier de lui…. Super. Je fais comment maintenant pour avoir envie d'y aller ? Bravoooo…
J'ai donc du me résoudre à me jeter et nager… Effectivement on voit très bien les algues, même trop bien. Elles sont à moins de 50cm de la surface et il est impossible de tendre le bras sous l'eau sans les toucher. Berkk. Je nage quand même mais morte de peur. Peur parce que je n'avais aucune idée de la profondeur, je n'arrivai pas à imaginer si les algues s'étendaient sur quelques centimètres au fond ou sur plusieurs mètres… Malheureusement j'en ai vite conclu qu'il y avait plusieurs mètres de forêt sous-marine…
Je nage donc mais en faisant attention de ne pas m'éloigner du garçon, je ne veux surtout pas me retrouver seule là dedans !
Puis au bout d'une centaine de mètres depuis le quai, comme par magie les algues disparaissent mais laissent place à une eau sombre et noire; pas plus rassurante ! ... À l'aide !!
Le garçon accompagné de son petit frère n'avance pas assez vite, je décide de ne plus les attendre et de boucler mon tour pour vite rentrer.
Sur le retour j'arrive à placer ma nage et je profite du courant qui est à mon avantage.


Nous sommes maintenant samedi. Mon départ est à 14h15 mais je n'ai rien réussi à avaler avant ma course…
Je passe vite dans l'aire de transition et vais m'échauffer quelques minutes.
Il est 13h45 mais des filles font déjà la queue à l'entrée des racks. Je me faufile près de Méline et Juliette. Beaucoup de filles sont comme Juliette, très concentrées et avec qui la conversation n'est pas possible à ce moment là. Derrière moi ça pousse beaucoup et c'est fatiguant de lutter pour ne pas être écrasée contre la barrière. Je trouve ça désespérant toutes ces filles qui poussent, 30min avant le départ, dans le semblant d'espoir de gagner 2cm, ou une place… Surtout que le départ se fait dans l'eau et qu'il y aura de la place pour tout le monde.
Le temps passe et on attend. Les favorites se jettent à l'eau et se placent sur la ligne. Enfin ils nous lâchent, je nage vite vers la ligne de départ et malheureusement ne fais pas très attention à là où je me place. Je suis sur la droite de la ligne, au centre du cours d'eau, là où il y a le plus de courant… Mais je ne m'en rendrais compte que plus tard.

Le départ est donné, je prend appui sur les filles devant moi, chose qui m'arrivera à mon tour quelques mètres plus tard. Quand c'est enfin dégagé devant moi je m'aperçois qu'un gros paquet de filles s'est formé à gauche, je comprend que je suis à la traîne. Très souvent les filles me tirent sur la trifonction et me font perdre temps et énergie… Le retour se déroule un peu mieux et j'essaie de récupérer une respiration plus fluide. Résultat une natation avec un mauvais placement, et où les autres ont beaucoup influé sur ma nage. Je sors 38e de l'eau contrairement au top 10 après ma natation de Châteauroux.
Une rapide transition et c'est parti pour la course à pied. Je décide de travailler l'allonge de ma foulée et de partir vite. Jusqu'au demi tour tout se passe bien, mais d'un coup je suis prise des crampes et de douleurs au ventre. Je suis incapable d'inspirer et d'expirer normalement, mon ventre et ma respiration sont bloqués. Je n'arrive même plus à me tenir droite, je cours pliée, impossible d'allonger les jambes, j'ai l'impression de piétiner… J'essaie d'accélérer quand même mais ma respiration se bloque, je panique. Je n'ai hâte que d'une chose : marcher pour récupérer ma respiration. Encore un tour et ça fera 2,5Km. Je vois ma mère et ma soeur, je ne demande qu'à leur dire "Au secours aidez-moi, j'ai mal, c'est horrible, sortez-moi de là s'il vous plaît !"... et je pense que ça se voit sur les photos !
Les petites montées sont douloureuses. Je boucle mon deuxième tour, j'aperçois la ligne d'arrivée, j'y suis.


J'ai terminé ma course, ma deuxième participation au Championnat de France, les premiers que je finis. Je termine 85e, un résultat qui ne me plait pas vraiment.
Mais avec du recul j'arrive à me dire que ça fait juste trois mois que je fais du triathlon, que c'est mes premiers Championnats de France, mon deuxième aquathlon, mon premier de l'année. Et qu'en natation j'ai mis plusieurs années à atteindre un bon niveau, alors c'est déjà super. On comparera dans plusieurs années, ou l'année prochaine.

 


Autre news:
05/12/2019 : IRONMAN 70.3 Xiamen, première course en PRO !
05/12/2019 : Triathlon Cassis
05/12/2019 : Extrêmeman Narbonne
05/12/2019 : D1 La Baule
05/12/2019 : Championnats du Monde IRONMAN 70.3
05/12/2019 : Stage dans les Alpes + Triathlon Orange
05/12/2019 : Victoire au Triathlon CD d'Embrun
05/12/2019 : D1 Muret
05/12/2019 : Championnats de France d'Aquathlon Élite
05/12/2019 : Verruyes, à domicile pour le TCG 79 Parthenay


» Consulter les archives

RSS