Actualités

29/08/2014

Championnats de France de Ligue : une formidable expérience

posté à 11h53

J'avais maintenu un niveau d'entrainement tout l'été en attendant ce Dimanche 24 Août. Nous sommes parti le Jeudi 21 à 7h00, du complexe sportif du Val de l'Arc à Aix en Provence; direction Tours, de nombreuses heures de route qui sont passées très vite en compagnie des autres triathlètes.
Après les courts arrêts pour récupérer les plus éloignés, dernier arrêt à Orange et c'est parti.

Pause du midi aux alentours de Mont-Luçon, pique-nique dans l'herbe et c'est reparti. Nous sommes arrivés à notre petit hôtel Première Classe un peu avant 17h, le temps de sortir les valises et de remonter les vélos pour les mettre dans les chambres et c'est l'heure de se préparer à un petit footing. L'hôtel est à quelques rues d'un plan d'eau, le paquet de 15 triathlètes se balade donc jusqu'à là-bas. Après deux tours du plan d'eau et quelques éducatifs c'en est terminé. Une course à pied tranquille de 7Km pour se remettre du long trajet aura fait du bien !

Après un rapide passage à la salle de bain rendez-vous devant les chambres pour aller manger, le Première Classe était à coté d'un Campanille, et c'est là qu'on allait manger à chaque repas, sauf les petits déjeuner que nous prenions à notre hôtel.
Le repas bien mérité englouti nous passions la soirée entre futurs coéquipiers, jusqu'au "couvre-feu" installé à 22h30.




Le lendemain matin, rendez-vous devant les chambres après le petit déjeuner pour la composition des équipes et la remise des trifonctions. Je serai donc dans l'équipe Junior, avec Lucas minime d'Aix, Agathe minime de Manosque et Léo Junior d'Orange. Les deux autres équipes seront classées en Cadet.
Après la remise des trifonctions colorées qui ont fait débat et la séance photos, nous nous sommes entrainés aux transitions, puisqu'au France de Ligue les coéquipiers peuvent aider aux transitions : tendre le casque, tenir le vélo, aider à retirer la combi… J'ai travaillé mes montées et descentes de vélo pendant plus d'une heure, à part avec Vincent et Arnaud, maintenant j'y arrive beaucoup mieux donc j'en retiens du positif, même si il me faudra toujours plus de pratique !
Je pars ranger mes affaires, trifonctions, pull, short, tee shirt, et valise au couleur de la Ligue, une douche et c'est l'heure de manger.


Nous avons passé l'après midi à nous balader dans Tours, une grande ville, des tonnes de magasins, le paradis, mais la prochaine fois je prendrai le temps de rentrer dans les boutiques ! Petit goûter pris au MacDo, Mac Flurry et Sundae étaient au rendez-vous !

Le soir petit repas habituel au Campanille et jeux de cartes.




Après une bonne nuit de sommeil toujours inexpliquée, je ne dormais pas particulièrement longtemps, je ne sais pas pourquoi mais je passais des nuits plus qu'agréables et je me réveillais reposée et de bonne humeur. Direction donc le petit déjeuner pour après aller reconnaître les parcours vélo et course à pied.
Démontage des vélos, une fois mis dans les housses puis dans le camion nous étions parti.
Arrivés sur le site, remontage de roues, et surtout gonflage, je gonfle ma roue avant et au moment de refermer la petite entête elle me reste dans les mains, impossible de fermer. Changement de chambre à air. Sébastien m'a tout fait, avec une rapidité remarquable. Reconnaissance du parcours, petite montée d'une dizaine de mètres en pavés quelques centaines de mètres après la sortie du parc à vélo, grande ligne droite de deux petits kilomètres, super plat, une route récente avec un bon rendement, un demi tour serré sur une route de deux voies, et deux tours et demi à boucler, en clair un parcours qui laisse imaginer que je vais bien m'amuser !

Rangement des vélos et départ sur la reco course à pieds. Un tour d'un plan d'eau, 2,5 Km à la montre tout rond, un parcours dans l'herbe certes, mais complètement plat.

Retour à l'hôtel, douche et repas, départ à 17h l'après midi pour retourner sur le site et nager, l'eau a été contrôlée à 19°, pour l'instant les combinaisons devraient être autorisées, croisons les doigts ! Mais normalement un cours d'eau ça ne se réchauffe pas pendant la nuit…
Nous nageons avec les combis, on fait deux fois le parcours, pas très long à mon goût et 300m à la montre, puis des essais de départ, dans l'eau pour les deux autres relayeuses qui partent en premier et moi, plongé pour tous les autres relayeurs.

Après ça nous restons regarder l'animathlon organisé dans la bonne humeur par les Tourangeaux, puis apéritif entre les équipes de chaque Ligue, chips, cacahuètes et Coca étaient présents !
Un peu de décontraction avant la course du lendemain a fait du bien à tout le monde.

Peu de temps après repas au Campanille, bizarrement personne n'a fini son assiette de pâtes...

Vérification des bagages et des affaires de course pour le lendemain et c'est la dernière nuit.




Réveil à 5h45, petit déjeuner à 6h, départ définitif de l'hôtel à 7h30, arrivée sur le site à 7h45. Tout s'enchaine très vite mais sans savoir pourquoi je suis décontractée comme jamais, sans aucune pression ou mauvais stress. Que du bonheur.
On monte les vélos, on gonfle les pneus, on récupère nos dossards, on colle les autocollants. Équipe numéro 84, je serais le 84A, première relayeuse.
Instalation des vélos dans le parc, mes coéquipiers visualisent la transition où ils devront m'aider.

9h00. J'enfile ma combinaison, départ dans 30 minutes. Eau contrôlée à 18°. Je rentre dans l'eau pour m'échauffer. Elle est vraiment froide, j'ai une barre sur le front, je décide de nager un peu et de ressortir et rerentrer juste après pour la faire passer, comme à mon habitude. Elle finit par passer et je nage pour me réchauffer. La veille j'avais de bonnes sensations, ce matin elles sont bonnes, rien d'extraordinaire, mais je suis confiante.

Quand je sors de l'eau je ne sens plus mes pieds ni mes mains. J'attend de pouvoir m'installer sur la ligne de départ au milieu des autres filles, tout le monde a froid, je regarde les autres et vois que beaucoup sont très stressées, même celles de ma Ligue… Je suis calme et j'attend.
Tout le monde court, j'avance et me précipite vers la droite du ponton, là où le faible courant pourra m'aider un petit peu et là où je ne devrais pas être trop embêtée par les autres.
J'ai un bonnet bleu, signe d'une équipe junior, mais je ne suis qu'une minime, et je ne sais pas l'âge des filles qui se cachent sous leur bonnet de couleur.

Je suis dans l'eau, main au ponton, dans les 5-10 premières filles en partant de la droite, j'ai réussi à me placer où je voulais. J'attend avec le plus grand calme le départ qui va être donné d'une seconde à l'autre, je fixe mon regard sur la bouée jaune en face de moi.
Coup de fusil. Le départ est donné, je me débrouille comme je peux pour démarrer le plus vite possible et m'extirper du paquet, je ne veux pas être prise dans la bagarre, puisqu'une fois que j'y serai il sera impossible de m'en échapper.
Je fais une cinquantaine de mètres tranquille, personne devant moi, j'aperçois les filles au niveau de mes jambes quand je respire, je suis contente et me dit que j'ai réussi mon départ. Puis je commence à me prendre des coups, et coups après coups le paquet me rattrape. Je suis dedans, c'est terminé, je bois la tasse une fois, deux fois, trois fois, je comprend que je vais encore une fois subir ma natation, qui à la base devrait être le moment que je préfère, et mon point fort.

Je passe la première bouée, face au soleil et dans le paquet je n'arrive même pas à voir la deuxième, je n'ai pas d'autres choix que de suivre le paquet…
Je ne sais pas par quel miracle mais je suis d'une calme déconcertant et j'arrive même à prendre du recul sur ma course pendant qu'elle est en train de se dérouler ! Je me dis que ce n'est pas grave, que ce qui compte maintenant c'est de prendre le moins de retard et que je me ferai plaisir sur le vélo et la course à pied, mais j'ai déjà l'impression d'être dans le gros du paquet, je crois que je suis dans les 50 première filles, à peine dans la première moitié. Mais en réalité je sors de l'eau dans les 15-20 premières filles. Toutes catégories confondues et avec si peu d'expérience finalement je sous contente de ma natation ! En plus je réalise le meilleur temps des six filles sélectionnées de ma Ligue, que du positif !

Je cours jusqu'au box de mon équipe, je jette mon bonnet et mes lunettes, Agathe m'aide à sortir les jambes de ma combi, Lucas me tend le casque, j'enfile mes chaussures de vélo (on a retenu que c'était la solution la moins risquée et que certes je perdrais quelques secondes à les mettre mais qu'au moins je ne risquais pas de rater ma montée sur le vélo), Léo me tiens le vélo, je l'attrape et pars en courant, je monte, clipse sans difficultés et démarre ma partie vélo.

Sur la première ligne droite et le premier tour je roule seule, les paquet ne sont pas vraiment encore formés, cela ressemble plutôt à une file, tout le monde en ligne, je regarde un bref instant mon compteur, je roule juste en dessous des 40 Km/h, une grande première en course pour moi, encore plus en étant seule. Au bout d'un tour j'aperçois trois filles que je rattrape petit à petit et fini le parcours avec elles.
Même avant la fin du vélo je suis déjà comblée de bonheur et je suis heureuse de passer un si bon moment, cette course est déjà un bon souvenir !

Je réussi ma transition, je cours pieds nus jusqu'à mon box, je jette mon vélo à Léo, mon casque à Lucas, j'enfile mes Noosa et c'est la course à pied qui commence. À la sortie du parc un arbitre dit machinalement "Dossard devant.", pourtant j'avais déjà tourné ma ceinture… Je la tourne une deuxième fois, une dizaine de mètres plus tard "Dossard devant.", je tourne une énième fois ma ceinture et baisse la tête, les attaches sont toujours là mais pas le dossard. En repassant devant mon box j'hurle à ceux de mon équipe que je n'ai plus de dossard, je me fais déjà tout un film dans ma tête : "Et si on était disqualifiés à cause de moi ?! Qu'est-ce que j'ai fais !"
Deux cents mètres après Seb est sur le parcours, je lui crie que je n'ai pas de dossard mais je l'entend me dire que ce n'est pas grave… Oublions, on verra bien à la fin de la course à pieds.

Le début est difficile, j'essaye de placer ma foulée mais ma respiration me bloque une fois de plus, je n'arrive pas à me tenir droite ni à expirer correctement, je suis penchée en avant et ça m'empêche d'agrandir ma foulée… Je ne panique pas et essaie d'y remédier… Finalement ça me passe au niveau du panneau indiquant le premier Kilomètre. Houra !
J'entame la ligne droite sur route, je me sens rebondir, je sens que je pousse derrière, je sens que j'allonge devant, pour la première fois je ne m'écrase pas au sol, mes jambes tournent à une vitesse inhabituelle, c'est une nouvelle foulée, j'aime courir, je m'amuse, c'est un bon moment. Pour la première fois je double des gens, et oui c'est une première, et ça fait plaisir.

J'ai passé le panneau indiquant le deuxième kilomètre, il ne reste que 500m, j'aperçois le parc à vélo, je vois et j'entend de petits pull jaunes m'encourager, je cours vers ponton, je cherche Lucas, il me fais signe, je le vois et cours vers lui, je tape dans sa main, il part, il plonge. C'est à lui de jouer maintenant. Je marche jusqu'au ravitaillement de l'arrivée, prend une banane et du Coca puis je retourne dans notre box. Chacun leur tour ils font leur partie du boulot, on s'aide, on s'encourage.

Quand Agathe arrive du vélo on doit lui dire qu'elle devra s'arrêter à la fin de sa course à pied pour une pénalité, on comprendra à la fin que c'est Lucas qui l'a prise à la descente de vélo. Après s'être arrêtée 5 secondes Agathe court donner le relais à Léo, le dernier relayeur. Comme les autres on l'assiste au transitions, puis une fois qu'il est parti pour la course à pied on part se mettre dans la dernière ligne droite de l'arrivée, pour passer la ligne tous les quatre.


Après l'arrivée de toutes les équipes de la ligue on remballe très vite nos affaires, direction MacDo Joué-les-Tours, après avoir dévalisé le MacDo et savouré notre festin on prend la route, ça va être long….
Malgré la crevaison du deuxième minibus qui nous aura fait perdre une heure et demi et qui aura couté cher, nous arrivons à Aix aux alentours de 23h, la route a été longue et épuisante.



Je garde de cet excursion de quatre jours avec la Ligue et d'autres triathlètes un excellent souvenir. C'était vraiment un bon moment, que du bonheur.
Une super course et une équipe adorable !

 


Autre news:
31/03/2020 : Vidéo - White Kid Vision
05/12/2019 : IRONMAN 70.3 Xiamen, première course en PRO !
05/12/2019 : Triathlon Cassis
05/12/2019 : Extrêmeman Narbonne
05/12/2019 : D1 La Baule
05/12/2019 : Championnats du Monde IRONMAN 70.3 : Vice Championne du Monde 18-24 ans !
05/12/2019 : Stage dans les Alpes + Triathlon Orange
05/12/2019 : Victoire au Triathlon CD d'Embrun
05/12/2019 : D1 Muret
05/12/2019 : Championnats de France d'Aquathlon Élite


» Consulter les archives

RSS